Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » …

William Berthomière et Christophe Imbert ont le plaisir de vous annoncer la publication de leur article dédié à l’engagement et à l’ancrage depuis leur expérience ariégeoise. Cette contribution est publiée dans le numéro intitulé Rapports à l’espace et formes d’engagement : ancrage, attachement, territorialisation (n°38) de la revue Espace Politique.

Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » : les voies plurielles de l’autochtonie au sein des réseaux d’aide aux exilés en Ariège

Résumé : Cet article entend tester l’hypothèse de la coexistence de plusieurs régimes d’autochtonie sur un même territoire. Cette hypothèse est testée en Ariège, à partir d’une analyse du lien entre ancrage et engagement. Une forme d’engagement a retenu plus spécifiquement notre attention : la mobilisation pour l’aide aux exilés. Pour mener à bien l’esquisse de ces formes de mobilisation territorialisées, le propos s’appuie sur une enquête en cours, engagée depuis 2016 dans le cadre du projet ANR Camigri. Le matériau de recherche mobilisé comprend 25 entretiens semi-directifs réalisés auprès d’une diversité d’acteurs, auxquels vient ajouter l’observation récurrente d’assemblées générales de collectifs en faveur de l’accueil des exilés. L’ensemble de ces éléments sont présentés en deux temps : à l’exposé des caractéristiques sociodémographiques de cette population « néo-pyrénéenne » succède une réflexion autour de la fabrique de l’ancrage à la lumière des lieux (marchés, épiceries et bars associatifs) et des registres d’action mobilisés par les acteurs des réseaux d’aide aux exilés. Les auteurs proposent d’éclairer les qualités et les spécificités de cet engagement en les réinscrivant dans une théorie du champ où solidarité, émancipation et libération définissent des dimensions de l’espace social des ancrages mis en œuvre par ces néo-ruraux. Ces trois dimensions prennent une grande visibilité dans les marchés où chaque nouvel arrivant peut se faire connaître et reconnaître. Les auteurs souhaitent souligner l’une des traductions possibles de la lecture des effets politiques et des ressorts sociologiques de ces ancrages, qui dessinent des modalités de création de liens sociaux variées au sein d’un territoire rural.

Consulter cet article en ligne sur le site de la revue :
Berthomière W. et Imbert C., 2020, Quand s'engager ancre et s'ancrer "engage"..., Revue Espace Politique, n°38, vol.2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.