Tous les articles par Sarah Przybyl

A propos Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

Les territoires ruraux à l’épreuve de nouvelles manières d’habiter : thèse de Madeleine Mialocq

Le 15 janvier 2020, Madeleine Mialocq, géographe au laboratoire RURALITÉS de l’Université  de Poitiers a soutenu sa thèse intitulée Les territoires ruraux à l’épreuve de nouvelles manières d’habiter : vivre en habitat non-ordinaire dans des espaces de faible densité. Son travail a été conduit sous la direction de Christophe Imbert (PR, UMR IDEES, Université de Rouen) et Dominique Royoux (PR, EA RURALITÉS, Université de Poitiers).

Toute l’équipe félicite Madeleine pour l’aboutissement de son travail et la qualité des ses réflexions dans les différents axes du programme de recherche CAMIGRI.

Lien vers le téléchargement de sa thèse : cliquez ici

Village Global lauréat du Prix BD du Pays d’Ancenis

Le 5e festival de l’illustration et de la BD du Pays d’Ancenis est organisé conjointement par l’association du festival, le réseau « Biblio’Fil » des bibliothèques du Pays d’Ancenis et l’Espace culturel du Centre Leclerc d’Ancenis-St Géréon.

Malgré l’annulation du festival compte-tenu de la pandémie de Covid-19, le prix BD a été décerné à Village global de Damien GEFFROY et David LESSAULT (Steinkis) qui a obtenu la récompense de cette deuxième édition.

Toute l’équipe CAMIGRI félicite les auteurs pour cette récompense.

 

 

Diaporama sonore – Céline Gaille

Céline Gaille est photographe et collabore depuis plusieurs mois avec les membres de l’équipe de l’ANR CAMIGRI. À partir de ses différentes rencontres dans le département de l’Ariège, elle a élaboré des diaporamas sonores où les  prises de vue se mêlent aux ambiances sonores des scènes de vie qu’elle capte. Fragments d’ancrage se décline en trois volets et propose une expérience immersive au plus près des réalités de ces espaces.

Le Cap del Pouech : ce lieu qui nous attendait 

Sonam joue avec son chien pendant que son père et son cousin couvrent les murs des toilettes sèches avec le mélange terre-paille.

C’est le récit d’une histoire familiale transportée dans un nouvel ancrage. Cette famille franco-suisse-hollandaise, domiciliée pendant 17 ans en Suisse après avoir longtemps vécu dans l’Himalaya, a décidé a décidé d’incarner leurs valeurs en Ariège. Il y a trois ans, les parents ont acheté le domaine du Cap del Pouech et ont fait le trajet en quatre mois de Mergoscia, dans les Alpes Italiennes jusqu’au seuil de leur porte, dans la commune du Mas d’Azil, avec leur trois fils, Zoïs, Norbu et Sonam, tous à pieds, accompagnés de leurs ânesses et de leur chien. Ils ont migré dans « ce lieu puissant qui les attendait », garant de leur liberté et de leur mode de vie. Ce projet de famille global et expérimental s’inscrit dans une connexion permanente avec le vivant sur un vaste espace, clé du déploiement de leurs ambitions liées à l’amour inconditionnel de la terre. Installés tous les cinq, en compagnie de leurs animaux nombreux, ils mettent en place les conditions de réalisation d’un éco-domaine visant l’autonomie et basée sur le développement de leurs compétences, dédié à la santé, à la pédagogie et l’accueil dans le plus grand respect de l’environnement. A terme, il devrait ouvrir au public.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONOREhttps://celinegaille.com/work/diaporama-sonore-cap-del-pouech/

Sur les Routes de Dalanda 

Sur le point de commencer une nouvelle vie en France toute seule, Dalanda dans sa chambre qu’elle partage avec sa plus jeune fille, au Cada, où elle a vécu deux ans avec ses enfants, avec d’autres familles.

Dalanda était demandeuse d’asile depuis deux ans lorsque je l’ai vue pour la première fois et vivait à l’antenne du Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile (CADA) de Carla-Bayle, au Fossat. Elle vient de Guinée Conakry et a traversé des moments vraiment difficiles, seule avec ses cinq enfants avant d’atteindre l’Espagne, puis la France où elle atterrit finalement en Ariège. Peu de temps après, j’apprends qu’elle vient d’obtenir un statut international de protection subsidiaire et quittera le CADA pour aller vivre à Foix avec ses enfants.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONORESur les routes de Dalanda

Au Service des Migrants : portraits croisés
Mireille Becchio, trésorière, une des animatrices de l’association “Cent pour un toit Ariège” vit à Pamiers. Engagée et médecin à la retraite, elle est revenue dans la région, après une vie passée ailleurs, car son père, immigré italo-argentin s’était retrouvé à Auzat en 1946. Elle donne une partie de son temps à la cause des migrants via « Cent pour un Toit », faisant notamment le lien entre les associations en Ariège : Emmaüs, Acarm09, Collectif Montbrun, Secours Catholique, Ligue des Droits de l’Homme, Secours Populaire…

Bernard, « citoyen du monde », engagé dans la solidarité internationale, membre du Collectif Montbrun, consacre tout son temps à l’aide aux « migrants », demandeurs d’asile ou déboutés. Bernard répond présent à toutes les situations d’urgence et milite inlassablement : chauffeur, as de la débrouille pour des situations complexes, fournisseur de denrées, passeur de livres, il est actif du lundimatin au dimanche soir du 1er janvier au 31 décembre.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONORE : Au service des migrants : portraits croisés

Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » …

William Berthomière et Christophe Imbert ont le plaisir de vous annoncer la publication de leur article dédié à l’engagement et à l’ancrage depuis leur expérience ariégeoise. Cette contribution est publiée dans le numéro intitulé Rapports à l’espace et formes d’engagement : ancrage, attachement, territorialisation (n°38) de la revue Espace Politique.

Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » : les voies plurielles de l’autochtonie au sein des réseaux d’aide aux exilés en Ariège

Résumé : Cet article entend tester l’hypothèse de la coexistence de plusieurs régimes d’autochtonie sur un même territoire. Cette hypothèse est testée en Ariège, à partir d’une analyse du lien entre ancrage et engagement. Une forme d’engagement a retenu plus spécifiquement notre attention : la mobilisation pour l’aide aux exilés. Pour mener à bien l’esquisse de ces formes de mobilisation territorialisées, le propos s’appuie sur une enquête en cours, engagée depuis 2016 dans le cadre du projet ANR Camigri. Le matériau de recherche mobilisé comprend 25 entretiens semi-directifs réalisés auprès d’une diversité d’acteurs, auxquels vient ajouter l’observation récurrente d’assemblées générales de collectifs en faveur de l’accueil des exilés. L’ensemble de ces éléments sont présentés en deux temps : à l’exposé des caractéristiques sociodémographiques de cette population « néo-pyrénéenne » succède une réflexion autour de la fabrique de l’ancrage à la lumière des lieux (marchés, épiceries et bars associatifs) et des registres d’action mobilisés par les acteurs des réseaux d’aide aux exilés. Les auteurs proposent d’éclairer les qualités et les spécificités de cet engagement en les réinscrivant dans une théorie du champ où solidarité, émancipation et libération définissent des dimensions de l’espace social des ancrages mis en œuvre par ces néo-ruraux. Ces trois dimensions prennent une grande visibilité dans les marchés où chaque nouvel arrivant peut se faire connaître et reconnaître. Les auteurs souhaitent souligner l’une des traductions possibles de la lecture des effets politiques et des ressorts sociologiques de ces ancrages, qui dessinent des modalités de création de liens sociaux variées au sein d’un territoire rural.

Consulter cet article en ligne sur le site de la revue :
Berthomière W. et Imbert C., 2020, Quand s'engager ancre et s'ancrer "engage"..., Revue Espace Politique, n°38, vol.2.

Conférence dessinée : « Village global » – du 7 au 28 février, Chalonnes-sur-Loire

Le 26 février à 20h, David Lessault (coordinateur de l’ANR CAMIGRI) et Damien Geffroy, (dessinateur de la bande-dessinée “Village global”) vous proposent une conférence dessinée à partir de la bande-dessinée Village global exposée du 7 au 28 février à la médiathèque de Chalonnes-sur-Loire.

Médiathèque, 5 avenue Gayot, Chalonnes-sur-Loire (49290) 
Gratuit, 40 places
Sur réservation auprès de la médiathèque : 02 41 78 04 33

Newsletter : quatrième édition

La quatrième lettre d’information du programme CAMIGRI vient de paraitre. Les chercheurs vous y présentent leurs travaux en cours de réalisation. 

Sommaire

Édito. Terres de passage, terres d’ancrage – David Lessault
Les migrants internationaux, acteurs des dynamiques agricoles et démographiques dans le Nord Dordogne – Camille Hochedez et Pierre Pistre
En été, le Portugal rural met l’immigration à l’honneur – Amandine Desille
La ferme du Cap de la Goutte : la permanence du passage – Céline Gaille
CAMIGRI au FIG – William Berthomière, David Lessault, Christophe Imbert, Sarah Przybyl


Pour consulter/télécharger le document en format web
Décembre2019_Web_Journal_CAMIGRI

Pour consulter/télécharger le document pour une impression en format A3 version recto/verso
Décembre2019_A3_Journal_CAMIGRI

Quand les migrations entrent en campagne

TÉLÉCHARGER AU LIEN SUIVANT LA VERSION ORIGINALE : Quand les migrations entrent en campagne
Pour donner suite à la parution d’un article travesti par le Journal Libération le Jeudi 03 Octobre 2019, nous publions le texte original transmis pour publication au quotidien. Nous espérons que les personnes impliquées sur nos terrains de recherche ne se seront pas senties trop gênées par ce titre d’article qui n’est pas le nôtre et duquel nous nous désolidarisons complètement.

« L’immigration n’est-elle l’affaire que des classes populaires ? »

Le 20 septembre 2019, l’émission « Le Temps du Débat » animée par Emmanuel Laurentin était consacrée à la question de l’immigration et des classes populaires. Parmi les invités, William Berthomière a eu l’occasion de revenir sur quelques uns des résultats des investigations du programme CAMIGRI.

"La question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas." Le Président durcit le ton en matière de politique migratoire, espérant rallier les classes populaires qui auraient déserté la gauche, selon lui trop naïve sur ce sujet, pour l'extrême droite.

À l’ordre du jour ce soir : l’immigration est-il est-elle l’affaire que des classes populaires ? 

La déclaration du président de la République devant les élus de LREM lundi, affirmant qu’il ne fallait pas pour La République En Marche apparaître comme un parti bourgeois, a provoqué des réactions au sein du parti majoritaire. Ces propos sont immédiatement apparus comme le signe de l’ouverture d’une nouvelle face du quinquennat, plus centré sur les questions régaliennes. Ce soir nous allons nous demander si effectivement les classes populaires sont plus touchés par la question de l’immigration en compagnie de deux chercheurs (William Berthomière et Isabelle Coutant), d’une élue et de Fréderic Lefebvre, ancien député et adhérent de LREM.

POUR RÉ-ÉCOUTER L'EMISSION
https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/lemigration-nest-elle-que-laffaire-des-classes-populaires

L’accueil de réfugiés « réinstallés » dans les communes rurales de Dordogne

Ce mois-ci, la revue de l’Institut Convergences MIGRATIONS De facto propose un numéro spécial sur les politiques d’asile. Catherine Guilyardi et la géographe Bénédicte Michalon, sont allées dans le département de la Dordogne à la rencontre des personnes réinstallées qui doivent refaire leur vie dans un nouvel environnement.

Consulter l'article en ligne : 
" L'accueil de réfugiés réinstallés dans les communes rurales de Dordogne"

À cette occasion, l’émission Grand reportage de France culture diffuse aujourd’hui une version radiophonique de ce reportage, accompagnée d’un entretien avec François Héran. Rendez-vous entre 17h et 18h.

L’intégration dans les petites communes

France Terre d’Asile publie une lettre de l’asile et de l’intégration consacrée à la thématique de l’intégration dans les petites communes.

Au sommaire : 

p. 2 Quel accueil en milieu rural et dans les petites communes ?
p. 4 L’accès aux services en milieu rural : un défi accru pour les réfugiés
p. 5 La parole à David Lessault, Bénédicte Michalon et Sarah Przybyl
p. 6 L’agriculture, une opportunité pour l’insertion en milieu rural ?
p. 7 « Ils pleurent en arrivant, mais quand ils doivent repartir c’est aussi compliqué ! »

p. 8 Actualités juridiques et sociales

Pour télécharger la Lettre : FranceTA_LettreAsile_88

Newsletter : troisième édition

La troisième lettre d’information du programme CAMIGRI vient de paraitre. Les chercheurs vous y présentent leurs travaux en cours de réalisation. 

Sommaire

Édito. Des images du milieu rural – Sarah Przybyl
Dalanda – Céline Gaille
L’accueil des demandeurs d’asile en Finlande – Cécile Reynaud
Des travailleurs agricoles saisonniers d’Afrique subsaharienne en Bretagne – Ibrahima Diallo
Des récits de vie aux parcours dessinés – David Lessault
Retour sur les journées d’étude – Bénédicte Michalon


Pour consulter/télécharger le document en format web
Juin2019_Web_Journal_CAMIGRI

Pour consulter/télécharger le document pour une impression en format A3 version recto/verso
Juin2019_A3_Journal_CAMIGRI

« La photographie en question », 19 juin 2019 Poitiers

Le 19 juin 2019, à la MSHS de Poitiers (Salle Gargantua), se tiendra la deuxième séance du séminaire d’équipe intitulé « Les représentations des migrations« . Pour ce nouveau rendez-vous organisé au sein du laboratoire MIGRINTER par Brenda Le Bigot et Olivier Clochard, une réflexion sur l’articulation entre photographie et recherche sera proposée par William Berthomière, Christophe Imbert et Céline Gaille (celinegaille.com). 


Crédit photo : Céline Gaille, 2019

Programme

10h-12h30

– Propos introductif par Brenda LE BIGOT (géographe, Maîtresse de conférences, Univ. de Poitiers, Migrinter), « La photographie pratiquée par les ‘’migrinteriens’’, aperçu réflexif »

– William BERTHOMIERE (géographe, chercheur CNRS, Laboratoire PASSAGES), Christophe IMBERT (Professeur, Université de Rouen / UMR IDEES) et Céline GAILLE (photographe), « Épreuves photographiques, épreuves de recherche : comment fixer des ancrages incertains ? »

14h-17h

Frédéric PIANTONI (géographe, Maître de conférences, Univ. de Reims, Ceped), « La photographie comme pratique de représentation et corpus de recherche sensible appliquée à l‘étude des situations en migration. »

Jean-François FORT (photographe, Poitiers), « Des Rohingyas dans les camps du Bangladesh aux migrants à Poitiers, retour sur deux projets photographiques » (titre provisoire)

Pour plus d’informations, rdv sur la page officielle du séminaire.

Journées d’études « Accueillir les migrations à Mexico », Mexico, 29 et 30 mai

Les 29 et 30 mai, à Mexico, se tiendront les Journées d’études Accueillir les migrations à Mexico. Politiques, imaginaires, transformations de l’espace récepteur. Ces journées sont organisées par le CEMCA (Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos) avec Michelle Salord, Bernard Tallet et Julie Le Gall.

 

Télécharger le programme des Journées d’études  

Consulter l’événement sur le site du CEMCA
Suivre l’événement sur Facebook

 

La journée du 30 mai sera consacrée à la thématique « Migrations, travail, agriculture dans l’espace rural mexicain. Un focus sur les journaliers« . L’introduction fera le point sur les saisonniers agricoles au Mexique et la géographie de leur réception.

La table 3 s’intitule : « Qui arrive dans l’espace rural ? Avec qui les migrants entrent-ils en relation? Aborder la diversité des acteurs de la migration dans l’espace rural mexicain« . Nous y aborderons : 1/ LA migration en milieu rural / la diversité DES profils de migrants /  LES  acteurs autour de la migration ; 2/ Diversité des profils, diversité des acteurs et complexité des modalités de réception et des rapports entre les acteurs ; 3/ Discours et intérêts politiques pour construire une ou des figures de migrants dans l’espace rural.

La table 4 s’intitule: « Migrations et transformations de l’espace rural mexicain« . Nous y aborderons : 1/ Ancrage et mobilité dans l’espace rural: installations temporaires, saisonnières, transitoires, définitives et impacts différenciés sur les territoires ; 2/ Transformations de l’agriculture, de la configuration et du fonctionnement des exploitations: espaces et pratiques agricoles, relations sociales, production, spécialisation des zones de production ; 3/ Transformations de l’espace rural comme espace récepteur: logements, services, relations migrants / acteurs / sociétés d’accueil.

Programme des Journées d’étude 22-23 mai 2019

Les 22 et 23 mai 2019 à la MSHS de Poitiers (Salle Mélusine) se tiendront les journées d’étude consacrées aux Dispositifs et initiatives d’installation de personnes en migration dans les campagnes.  

   Télécharger le Programme des Journées

Ces journées d’étude ont pour objectif d’interroger les dispositifs et initiatives d’installation dans les campagnes occidentales, dans une optique transversale à différentes catégories de population, telle qu’initiée par le projet CAMIGRI. Qu’apprend-on du rapprochement analytique de ces mesures destinées à favoriser l’installation de populations de plus en plus diversifiées dans les campagnes ? Indiquent-elles des croisements et l’émergence d’une approche globale des migrations, ou bien les dispositifs et initiatives restent-ils cloisonnés, par exemple par type de population « cible », et associés à une approche segmentée du devenir des territoires ruraux? 

Ces journées d’étude se veulent ouvertes au niveau géographique et disciplinaire ; elles s’adressent aux géographes comme à l’ensemble des sciences sociales et au grand public. Les communications seront appuyées sur des recherches empiriques inédites, qualitatives afin de donner à voir et à analyser ces dispositifs « en actes », dans la manière dont ils se font au quotidien, tout comme quantitatives ; elles seront menées à différentes échelles spatiales (locale, nationale, internationale).