Archives mensuelles : mars 2020

Diaporama sonore – Céline Gaille

Céline Gaille est photographe et collabore depuis plusieurs mois avec les membres de l’équipe de l’ANR CAMIGRI. À partir de ses différentes rencontres dans le département de l’Ariège, elle a élaboré des diaporamas sonores où les  prises de vue se mêlent aux ambiances sonores des scènes de vie qu’elle capte. Fragments d’ancrage se décline en trois volets et propose une expérience immersive au plus près des réalités de ces espaces.

Le Cap del Pouech : ce lieu qui nous attendait 

Sonam joue avec son chien pendant que son père et son cousin couvrent les murs des toilettes sèches avec le mélange terre-paille.

C’est le récit d’une histoire familiale transportée dans un nouvel ancrage. Cette famille franco-suisse-hollandaise, domiciliée pendant 17 ans en Suisse après avoir longtemps vécu dans l’Himalaya, a décidé a décidé d’incarner leurs valeurs en Ariège. Il y a trois ans, les parents ont acheté le domaine du Cap del Pouech et ont fait le trajet en quatre mois de Mergoscia, dans les Alpes Italiennes jusqu’au seuil de leur porte, dans la commune du Mas d’Azil, avec leur trois fils, Zoïs, Norbu et Sonam, tous à pieds, accompagnés de leurs ânesses et de leur chien. Ils ont migré dans « ce lieu puissant qui les attendait », garant de leur liberté et de leur mode de vie. Ce projet de famille global et expérimental s’inscrit dans une connexion permanente avec le vivant sur un vaste espace, clé du déploiement de leurs ambitions liées à l’amour inconditionnel de la terre. Installés tous les cinq, en compagnie de leurs animaux nombreux, ils mettent en place les conditions de réalisation d’un éco-domaine visant l’autonomie et basée sur le développement de leurs compétences, dédié à la santé, à la pédagogie et l’accueil dans le plus grand respect de l’environnement. A terme, il devrait ouvrir au public.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONOREhttps://celinegaille.com/work/diaporama-sonore-cap-del-pouech/

Sur les Routes de Dalanda 

Sur le point de commencer une nouvelle vie en France toute seule, Dalanda dans sa chambre qu’elle partage avec sa plus jeune fille, au Cada, où elle a vécu deux ans avec ses enfants, avec d’autres familles.

Dalanda était demandeuse d’asile depuis deux ans lorsque je l’ai vue pour la première fois et vivait à l’antenne du Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile (CADA) de Carla-Bayle, au Fossat. Elle vient de Guinée Conakry et a traversé des moments vraiment difficiles, seule avec ses cinq enfants avant d’atteindre l’Espagne, puis la France où elle atterrit finalement en Ariège. Peu de temps après, j’apprends qu’elle vient d’obtenir un statut international de protection subsidiaire et quittera le CADA pour aller vivre à Foix avec ses enfants.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONORESur les routes de Dalanda

Au Service des Migrants : portraits croisés
Mireille Becchio, trésorière, une des animatrices de l’association “Cent pour un toit Ariège” vit à Pamiers. Engagée et médecin à la retraite, elle est revenue dans la région, après une vie passée ailleurs, car son père, immigré italo-argentin s’était retrouvé à Auzat en 1946. Elle donne une partie de son temps à la cause des migrants via « Cent pour un Toit », faisant notamment le lien entre les associations en Ariège : Emmaüs, Acarm09, Collectif Montbrun, Secours Catholique, Ligue des Droits de l’Homme, Secours Populaire…

Bernard, « citoyen du monde », engagé dans la solidarité internationale, membre du Collectif Montbrun, consacre tout son temps à l’aide aux « migrants », demandeurs d’asile ou déboutés. Bernard répond présent à toutes les situations d’urgence et milite inlassablement : chauffeur, as de la débrouille pour des situations complexes, fournisseur de denrées, passeur de livres, il est actif du lundimatin au dimanche soir du 1er janvier au 31 décembre.

VISIONNER LE DIAPORAMA SONORE : Au service des migrants : portraits croisés

Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » …

William Berthomière et Christophe Imbert ont le plaisir de vous annoncer la publication de leur article dédié à l’engagement et à l’ancrage depuis leur expérience ariégeoise. Cette contribution est publiée dans le numéro intitulé Rapports à l’espace et formes d’engagement : ancrage, attachement, territorialisation (n°38) de la revue Espace Politique.

Quand s’engager ancre et s’ancrer « engage » : les voies plurielles de l’autochtonie au sein des réseaux d’aide aux exilés en Ariège

Résumé : Cet article entend tester l’hypothèse de la coexistence de plusieurs régimes d’autochtonie sur un même territoire. Cette hypothèse est testée en Ariège, à partir d’une analyse du lien entre ancrage et engagement. Une forme d’engagement a retenu plus spécifiquement notre attention : la mobilisation pour l’aide aux exilés. Pour mener à bien l’esquisse de ces formes de mobilisation territorialisées, le propos s’appuie sur une enquête en cours, engagée depuis 2016 dans le cadre du projet ANR Camigri. Le matériau de recherche mobilisé comprend 25 entretiens semi-directifs réalisés auprès d’une diversité d’acteurs, auxquels vient ajouter l’observation récurrente d’assemblées générales de collectifs en faveur de l’accueil des exilés. L’ensemble de ces éléments sont présentés en deux temps : à l’exposé des caractéristiques sociodémographiques de cette population « néo-pyrénéenne » succède une réflexion autour de la fabrique de l’ancrage à la lumière des lieux (marchés, épiceries et bars associatifs) et des registres d’action mobilisés par les acteurs des réseaux d’aide aux exilés. Les auteurs proposent d’éclairer les qualités et les spécificités de cet engagement en les réinscrivant dans une théorie du champ où solidarité, émancipation et libération définissent des dimensions de l’espace social des ancrages mis en œuvre par ces néo-ruraux. Ces trois dimensions prennent une grande visibilité dans les marchés où chaque nouvel arrivant peut se faire connaître et reconnaître. Les auteurs souhaitent souligner l’une des traductions possibles de la lecture des effets politiques et des ressorts sociologiques de ces ancrages, qui dessinent des modalités de création de liens sociaux variées au sein d’un territoire rural.

Consulter cet article en ligne sur le site de la revue :
Berthomière W. et Imbert C., 2020, Quand s'engager ancre et s'ancrer "engage"..., Revue Espace Politique, n°38, vol.2.