L’équipe du programme

Pour répondre à ses différents objectifs, CAMIGRI fédère une équipe de jeunes chercheurs géographes associant des compétences spécifiques : approche des migrations internationales dans différents contextes, fine connaissance du milieu rural français, méthodes de collecte et de traitement de données socio-démographiques et spatiales sur les migrations et les mobilités.

David Lessault est géographe, chargé de recherche au CNRS, rattaché à MIGRINTER (UMR 7301 CNRS-Université de Poitiers). Il est responsable du programme CAMIGRI. Ses travaux portent sur les migrations internationales et les pratiques de mobilité en lien avec les dynamiques territoriales. Ils s’inscrivent en particulier dans les axes « Echelles des mobilités et ville » et « Circulation migratoire » du laboratoire. L’orientation qu’il donne au projet CAMIGRI participe à une ouverture de la recherche à MIGRINTER sur des espaces ruraux encore peu investis par les travaux en cours.

***

William Berthomière est géographe, directeur de recherche au CNRS, chercheur associé à l’EESI (École européenne supérieure de l’image – Angoulême & Poitiers) et rattaché à l’UMR Passages. Ses activités scientifiques sont principalement consacrées à la question de la mondialisation des migrations internationales et plus spécifiquement orientées vers les thématiques suivantes : 1. les concepts de diaspora et de territorialités migrantes, 2. la lecture des modalités de co-présence de populations (approches en termes de microgéographie et d’interactionnisme). Dans une dimension plus méthodologique, William Berthomière participe à des projets de recherche explorant les formes et usages des réseaux sociaux en migration; et il réfléchit également à l’utilisation et au statut de la photographie et de la vidéo de terrain dans la production scientifique en sciences sociales.

Julie Chapon est géographe et ethnologue à l’INED et au LAVUE (UMR 7218 – Université de Paris 8 – Paris 10 et ENSA Val de Seine et La Villette), elle effectue une thèse depuis 2014 sous la direction de Catherine Bonvalet et Claire Lévy-Vroelant sur le lien entre habitat mobile et travail mobile. Ses terrains se situent en région parisienne et dans les départements du Gard et de l’Hérault.

Gilles Dubus est documentaliste au sein de l’équipe MIGRINTER, réalisateur des pages web du site du laboratoire et administrateur du serveur documentaire. Chargé du centre de documentation de Migrinter, il est responsable de la base de données MIGRINTERNET (catalogue du fonds documentaire en ligne du laboratoire). Il est également formateur aux outils de gestion de la bibliographie (EndNote et Zotero) et intervient sur les ressources documentaires dans le domaine des migrations internationales. Depuis janvier 2014, il est animateur du réseau des professionnels de l’information scientifique et technique ARPIST – Région Aquitaine.

Julie Fromentin est géographe à l’INED et à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est également associée au laboratoire MIGRINTER. La thèse qu’elle conduit sous la direction de France Guérin-Pace et Christophe Imbert s’intitule “L’inscription spatiale des immigrés dans les campagnes françaises : diversification des parcours individuels dans des territoires en mouvement”.

Camille Hochedez est maître de conférences en géographie à l’Université de Poitiers et chercheure au sein de l’EA 2252 RURALITÉS. Ses recherches abordent les relations ville-campagne au prisme des dynamiques agricoles, en lien avec les espaces urbains et périurbains et avec les évolutions environnementales en Europe (adaptation au changement climatique, développement de l’agriculture biologique et nouvelles formes de gouvernance alimentaire). Dans une démarche de géographie sociale, ses recherches récentes abordent ces questions sous l’angle de la justice alimentaire et de la précarité.

Julie Le Gall est maître de conférences en géographie à l’Université de Lyon, Ecole normale supérieure de Lyon et chercheure à l’UMR 5600 Environnement Ville Société, Equipe biogéophile. Ses recherches en géographie sociale portent sur les processus qui maintiennent et recomposent les petites agricultures familiales (en particulier : réseaux d’approvisionnement, migrations et mobilités, dispositifs éducatifs) et sur les inégalités / injustices au sein des systèmes alimentaires. Elle élargit actuellement ses terrains de l’Amérique latine vers les pays européens et la France en particulier.

Christophe Imbert est professeur de géographie à l’Université de Rouen, rattaché à l’UMR 6266 IDEES et membre du laboratoire MIGRINTER (UMR 7301 CNRS – Université de Poitiers). Il est aussi chercheur associé à l’INED. Ses travaux portent sur les pratiques de mobilité en lien avec les dynamiques du peuplement et les structures familiales. Il a dirigé et co-signé l’ouvrage, D’une métropole à l’autre : pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Armand Colin, 2014.

Madeleine Mialocq est géographe à l’EA Ruralités (EA 2252 – Université de Poitiers). Sa thèse porte sur les nouveaux modes d’habiter et les mobilités dans les territoires ruraux isolés. Elle s’intéresse particulièrement aux dynamiques d’installation et aux espaces de conflits sur les habitats “hors-normes”. Ses terrains de recherches se situent en Vienne, Haute-Vienne, Dordogne et Ariège.

Bénédicte Michalon est chargée de recherche au CNRS, rattachée à l’UMR Passages. Elle a travaillé sur les questions de migrations de retour, de commerce transfrontalier puis a mené entre 2006 et 2008 une recherche sur les travailleurs saisonniers agricoles polonais dans la Vallée de la Garonne, dans le cadre du programme Migragri (piloté par Swanie Potot, Urmis). Depuis ses travaux se sont orientés vers la gouvernementalité des migrations lue au prisme des centres de rétention et centres d’hébergement pour demandeurs d’asile, thématique qu’elle a pu déployer en coordonnant le programme TerrFerme entre 2009 et 2015.

Pierre Pistre est maître de conférences en géographie à l’Université Paris 7 (Denis Diderot) et chercheur à Géographie-Cités (UMR 8504). Dans sa thèse, il a étudié les reprises démographiques des campagnes françaises depuis les années 1970-1980 et la diversité des populations — dont étrangères — impliquées. Ses recherches portent depuis sur les facteurs de peuplement (mobilités résidentielles, mobilités quotidiennes, structures de logement, activités économiques) et les dynamiques sociodémographiques des espaces hors des grandes agglomérations. Ses analyses reposent en particulier sur l’exploitation approfondie des bases de données de la statistique publique (recensement de la population, enquêtes nationales, etc.)

Sarah Przybyl est géographe au laboratoire MIGRINTER et post-doctorante dans le cadre du programme CAMIGRI. Spécialisée dans la situation des mineurs non accompagnés , elle s’intéresse tant aux parcours migratoires des jeunes qu’à leur parcours de protection une fois arrivés en France. Dans sa thèse, elle s’est concentrée sur le cas des mineurs non accompagnés pris en charge et accueillis dans des foyers situés dans des communes rurales. Outre les entretiens et les observations dans les espaces d’accueil, la récolte des histoires de jeunes a été rendu possible par le recours à la vidéo et à la photographie.