Formation à la recherche

CAMIGRI constitue un espace de formation par la recherche en associant à son programme et ses activités des chercheurs, doctorants, post-doctorants et étudiants du Master MIES « Migrations Internationales Espaces et Sociétés ».

Sarah Przybyl est accueillie en post-doctorat à MIGRINTER. Sa mission comporte un volet d’animation/gestion du programme aux côtés du coordinateur et un volet plus scientifique permettant les prolongements de ses travaux de doctorat.

Trois thèses de géographie sont associées au programme : Julie Fromentin, Julie Chapon et Madeleine Mialocq.

Par ailleurs, chaque année, des étudiants du Master MIES (ou d’autres formations) investissent la thématique des relations entre les espaces ruraux et les migrations internationales. Leurs projets de mémoire tendent à s’inscrire sur les terrains développés dans le cadre du projet. L’encadrement assuré par les membres du projet permet de partager les avancées du programme et d’assurer une formation offrant des compétences tant sur les dynamiques des territoires ruraux que sur les processus migratoires.  La liste ci-dessous recense les travaux menés.

Camille Morel, 2016, Migration et installation en agriculture biologique de migrants Nord-Européens en Dordogne, Université de Poitiers, 101 p.

Sophie Clair-Caliot, 2018, Géographie de la présence portugaise en Dordogne. La recomposition des espaces ruraux en Pays Vernois à l’épreuve des fraisiculteurs, ENS Lyon, 107 p.

Jessyka Niakate, 2018, Migrations internationales et dynamiques agricoles en milieu rural : le cas d’une initiative d’accueil en agriculture des demandeurs d’asile à Saint-Just-Le-Martel,  Université de Poitiers, 126 p.

Mathilde Delhumeau, 2018, Les demandeurs d’asile dans les campagnes françaises : le cas de Sommières-du-Clain, Université de Poitiers, 131 p.